Vendredi, le 26 mai 2017

Analyse Thématique

Résumé - Caractéristiques socio-démographiques des ménages ordinaires

tome04

 

Rédacteurs:

M. TEKE JOHNSON TAKWA, Démographe

Résumé

Cette étude intitulée « caractéristiques sociodémographiques des ménages ordinaires » vise à examiner la répartition des chefs de ménages ordinaires selon le sexe, l’âge, le statut matrimonial, le statut de l’emploi, etc. En outre, elle analyse les variations au sein des ménages ordinaires (au niveau de la taille, la structure et la composition) selon le milieu et la région de résidence ainsi que les caractéristiques socioéconomiques des chefs de ménage telles que le sexe, l’âge, le statut de l’emploi, le statut matrimonial et le niveau d’instruction. L’étude met aussi l’accent sur les ménages spécifiques, c’est-à-dire, les ménages dirigés par des groupes vulnérables tels que les enfants (10-14), les femmes et les personnes âgées (60 et plus). L’analyse de ce thème cadre avec l’un des objectifs du Troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat, à savoir, fournir les indicateurs pour le suivi et l’évaluation de la réalisation de quelques Objectifs du Millénaire pour le Développement tels que l’éradication de l’extrême pauvreté et la promotion de l’égalité de genre.
 
En 2005, 3 399 346 ménages ordinaires ont été dénombrés au Cameroun lors du Troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (1 783 016, soit 52,5% en milieu urbain et 1 616 330, soit 47,5% en milieu rural). Ces chiffres connaissent des changements sensibles depuis 1987, année au cours de laquelle 61,5% de ménages ordinaires se retrouvaient en milieu rural tandis que 38,5% l’étaient en milieu urbain. Le taux moyen de croissance annuelle des ménages ordinaires est de 2,6% (soit 4,8% en milieu urbain et 0,9% en milieu rural). En milieu urbain, 24.7% de chefs de ménage sont des femmes tandis qu’en milieu rural, ce taux est de 21.1%
 
La plupart des ménages ordinaires sont dirigés par les hommes (77%). La proportion des chefs de ménages ordinaires de sexe féminin est légèrement supérieure en milieu urbain. Cette proportion est exceptionnellement faible dans les régions septentrionales (10,9% dans la région du Nord et 13,9% dans la région de l’Adamaoua). Par contre, elle est élevée dans la région du Nord-Ouest et de l’Ouest (30,8% et 35,2%).
 
La plupart des chefs de ménages ordinaires (73,7%) sont mariés (55,1% de monogames et 18,6% de polygames). La proportion des chefs de ménages ordinaires qui sont mariés est supérieure en milieu rural et dans les régions septentrionales.
 
Au Cameroun, 29,6% des chefs de ménages ordinaires n’ont jamais été scolarisés ; 32,2% de ces chefs ont un niveau d’instruction primaire et seulement 8,9%, un niveau plus élevé. Dans l’Extrême-Nord, 64,8% de chefs de ménages ordinaires ne disposent pas d’un niveau d’instruction et seulement 2,2% ont un niveau plus élevé. En termes d’emploi, 68,2% de chefs de ménages ordinaires sont des employés (74,4% en milieu rural et 62,8% en milieu urbain).
 
En 2005, la taille moyenne des ménages au Cameroun est de 5,1 (4,8 en milieu urbain et 5,5 en milieu rural). La moyenne la plus élevée est celle de l’Extrême-Nord (6,2) et la plus faible est celle de la région du Sud (4,1). Depuis 1987, la taille moyenne globale de ménages est restée quasi-stable (de 5,2 à 5,1). Alors qu’elle passait de 5,3 à 5,5 en milieu rural pendant ladite période, en milieu urbain, elle chutait de 5,0 à 4,8. La taille moyenne des ménages dirigés par les hommes (6,2) est plus élevée que celle des ménages dirigés par les femmes (4,1). La taille moyenne des ménages augmente avec l’évolution des âges des chefs de ménages, avant d’amorcer une baisse à partir de 60 ans. Elle baisse avec une augmentation des niveaux d’instruction des chefs de ménages (de 5,6 pour les ménages dirigés par des personnes sans niveau d’instruction, à 4,2 pour les ménages dirigés par des personnes d’un niveau d’instruction élevé). La taille moyenne des ménages dirigés par les musulmans résidant dans la partie septentrionale du pays est plus élevée que celle des ménages dirigés par des personnes d’autres obédiences religieuses. Celle des ménages dirigés par des personnes mariées est plus élevée, de façon significative, que celle des non-mariés, divorcés, veufs, veuves ou des personnes vivant en concubinage. Celle des ménages dirigés par des actifs occupés est plus élevée que celle des ménages dirigés par des chômeurs.
 
Les ménages dirigés par les enfants (10-14 ans) constituent 0,4% de la totalité des ménages ordinaires. Ils sont en majorité dirigés par des garçons. Ils sont plus nombreux en milieu urbain qu’en milieu rural. La région du Sud a le taux le plus élevé des enfants qui dirigent les ménages (0,1%). Les ménages dirigés par des femmes sont des ménages à problèmes à cause de la situation socioéconomique défavorable des chefs de ménage de sexe féminin. Ces chefs de ménage constituent seulement 23% de la totalité des chefs de ménage ; par contre, ils constituent 43,1% de la totalité des chefs de ménage non-scolarisés. Les chefs de ménage de sexe féminin sont plus susceptibles d’être économiquement vulnérables à cause de l’absence d’une pension-retraite, d’un emploi et d’une propriété en location. Cette catégorie de chefs de ménage est présente, de façon disproportionnée, parmi les chefs de ménages d’une personne ou les chefs de ménages monoparentaux.
 
Au Cameroun, 63% des personnes âgées sont des chefs de ménage. Six personnes sur dix dans les ménages dirigés par des personnes âgées sont des enfants ou des jeunes. Ceci signifie que beaucoup de chefs de ménage âgés satisfont non seulement à leurs besoins essentiels, mais aussi à ceux d’une grande population dépendante. La plupart des chefs de ménage âgés continuent de travailler même à des âges avancés. Bon nombre de ces chefs (29,2%) sont économiquement vulnérables à cause d’une absence de sources personnelles de revenus (rente, pension-retraite ou emploi). Cette vulnérabilité économique est plus grave chez les femmes âgées (42,6%) que chez les hommes âgés (18,4%). Au Cameroun, 14,1% des personnes âgées vivent seule dans leurs ménages.
 
En vue d’améliorer les conditions de vie des ménages, l’Etat doit renforcer les mesures de réduction de pauvreté, promouvoir l’enseignement pour adultes et mettre à disposition les services de base gratuits ou très abordables.
N.B : « Ménage » = « ménage ordinaire » 
 

Newsletter

Visiteurs

Aujourd'hui
Cette semaine
Tous
920
16901
765224

Contact

  • BUCREP
  • BP 12932 Yaoundé-Cameroun
  • Email: contact@bucrep.cm
  • Tel: (237) 222 20 30 71

Nous Ecrire

.