Samedi, le 22 juillet 2017

Analyse Thématique

Résumé - Etat Matrimonial et Nuptialité

tome06

 

Rédacteurs:

Mme KOPA Lucile, Démographe

 

Résumé:

L’analyse de l’état matrimonial et de la nuptialité se propose de mesurer le niveau de la nuptialité de la population camerounaise à partir des données fournies par le 3ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2005.L’état matrimonial a été mesuré par des proportions correspondant au classement de la population résidente dans les différentes catégories matrimoniales existantes ; la nuptialité quant à elle, a été appréhendée grâce à la construction des tables de nuptialité pour les deux sexes aux niveaux national, régional et par milieu de résidence. Les données ont été comparées à celles issues des recensements antérieurs.
 
Ainsi, la structure matrimoniale de la population résidante, obtenue à partir des données sur la population âgée de 12 ans et plus pour les femmes et 15ans et plus pour les hommes est largement dominée par les mariés (47,15%) et les célibataires (41,46%). Les veufs (5,19%) et les personnes vivant en union libre (4,35%) sont faiblement représentés. Les séparés (0,95%) et les divorcés (0,90%) occupent une place relativement marginale.
 
L’état matrimonial diffère selon le milieu de résidence, le sexe, l’âge, le niveau d’éducation, la religion, etc. En milieu urbain, le nombre accru de jeunes en quête d’emploi a contribué à l’accroissement de la proportion des célibataires. Aussi, la proportion des célibataires (49%) est supérieure à celle des mariés (39,98%).De même, l’union libre est plus développée en milieu urbain (5,41) qu’en milieu rural (3,17%), et Les régions du Septentrion détiennent, en leur sein, les plus faibles proportions de célibataires et de personnes vivant en union libre. Par ailleurs, la proportion des femmes célibataires est en croissante augmentation depuis 1976. Dans le groupe d’âges 80-84 ans, près d’un homme sur cinq est veuf et près de 3 femmes sur cinq sont veuves.
 
L’analyse de l’option matrimoniale qui détermine le type d’union au sein duquel vit un couple de personnes, permet de constater que 77% des hommes en union vivent en union monogamique et 14% en union polygamique ; alors que 69% des femmes en union vivent en union monogamique et 23 % en union polygamique.
 
Les femmes vivant en union libre sont plus âgées (35,04 ans en moyenne) que les hommes vivant en union libre (29, 6 ans en moyenne).
 
Le phénomène des mariages précoces touche, dans toutes les régions du Cameroun, les adolescents des deux sexes, mais son intensité est beaucoup plus élevée chez les garçons que chez les filles. Les données révèlent que 72134 hommes âgés de 15 à 19 ans sont mariés, et 58777 femmes âgées de 12 à 15 ans sont mariées. La proportion des adolescents mariés avant l’âge légal au mariage est en constante augmentation.
 
Le nombre moyen d’épouses par homme polygame est de 2,37 femmes par homme polygame dans l’ensemble, avec 2,36 femmes par homme polygame en milieu urbain et 2,37 en milieu rural. La région de l’Ouest détient le nombre le plus élevé d’épouses par homme polygame.
 
Ces données ont également permis d’observer 1060 filles âgées de 12 à 14 ans et 9496 filles âgées de 15 à 19 ans sont mariées à des hommes âgés de plus de 50 ans.
 
Concernant l’âge moyen au premier mariage de la population, il se dégage que les hommes se marient en moyenne à 27,12 ans contre 21,4 ans chez les femmes. De même, 9 hommes sur 100 restent définitivement célibataires à 50 ans ;
10 femmes sur 100 pour les femmes.
 
Les individus qui ont des professions ayant trait à l’agriculture ou aux forces armées, se marient relativement plus jeunes que les individus d’autres professions.
En effet, l’accès rapide à une source de revenu peut favoriser le mariage ; aussi, la déscolarisation des agricultrices les expose très tôt au "marché matrimonial.
 
Chez les hommes, l’union libre est développée beaucoup plus chez les personnes peu qualifiées ou ayant un emploi instable. Or, chez les femmes, l’union libre est beaucoup plus pratiquée par celles qui ont un métier d’homme (police et armée, conducteurs, artisans) ou un métier qui requiert beaucoup de liberté (commerce).
 
L’âge moyen à la première union varie aussi selon le niveau d’instruction. Il est de 31 ans pour les hommes du supérieur, 27,6 ans pour les hommes du secondaire, 26,1 ans pour les hommes du primaire, 24,2 ans pour les hommes sans niveau. Il est de 24,6 ans pour les femmes du supérieur, 23,4 ans pour les femmes du secondaire, de 20,4 ans pour les femmes du primaire et de 17,2 ans pour les femmes sans niveau
 
Les catholiques représentent 57,9% de personnes vivant en union libre;
Les animistes détiennent les proportions les plus élevées de personnes (31,0% d'hommes) et de (48,6% femmes) vivant en union polygame. Viennent ensuite les musulmans (24,1% d'hommes vivant en union polygame et 38,7 % de femmes), suivis des libres penseurs. La polygamie est pratiquée avec une plus faible ampleur, au sein des religions chrétiennes.
 
L'analyse des données issues du RGPH3 sur l'état matrimonial de la population âgée de 12 ans et plus, a mis en exergue les faits suivants :
La structure matrimoniale est dominée par les mariés dans pratiquement toutes les classes d'âges. Cette répartition est très différenciée selon le sexe, la région de résidence et le milieu d'habitat. 
 
L’écart moyen d'âges entre les conjoints de 4 ans au niveau national, varie selon les caractéristiques individuelles de la population telles que l’éducation et la forme d’union; Il est faible lorsque la femme est en union monogame, et connait de grandes valeurs lorsque la fille est mariée précocement; les valeurs les plus élevées se retrouvent dans les unions à fort taux de polygamie. Sur le plan de l'éducation, les valeurs les moins élevées de l'écart d'âge entre les conjoints se retrouvent chez les couples dont le mari a un niveau d'enseignement secondaire ;
 
La pratique de la polygamie qui touche environ 15% des hommes mariés âgés de 15 ans et plus et 39% des femmes mariées et âgées de 12 ans et plus, varie selon les régions et est en recul ; toutefois, elle baisse avec beaucoup plus d’acuité chez les femmes que chez les hommes.
 
Les garçons entrent en union relativement plus tard que les filles, et le calendrier de la nuptialité des hommes est plus étalé dans le temps que celui de la nuptialité des femmes .En effet, l 'étude de la nuptialité des célibataires a révélé que du fait des difficultés économiques rencontrées, de la recrudescence du chômage, de l’emploi des femmes et de la hausse au fil des années de la proportion des femmes et des hommes scolarisés dans tous les secteurs d'enseignement au Cameroun, la proportion des mariés est légèrement en hausse chez les hommes, mais en baisse substantielle chez les femmes et par conséquent, l’âge moyen au premier mariage est en hausse. Les femmes se marient à un âge plus jeune que les hommes, avec une différence moyenne de 5,6 ans. Ainsi donc, entre 1976 et 2005, l'âge moyen au premier mariage est passé de 26,66 ans à 27,12 ans pour les hommes et de 18,64 ans à 19,6 ans puis à 21,41 ans pour les femmes.
Depuis 1976 :
L’âge moyen au premier mariage a augmenté ;
L’âge moyen au premier mariage des hommes est passé de 26,66 ans en 1976 à 27,12 ans en 2005. Aussi, l’âge moyen au premier mariage des femmes est passé de 18,56 ans en 1976 à 21,41 ans en 2005 ;
Le taux de polygamie est passé de 13,3% en 1976 à 14,94% en 2005.
La proportion de femmes mariées âgées de moins de 15 ans est passée de 5,2% en 1987 à 10,9% en 2005.
La proportion des hommes célibataires est passée de 39,5% en 1976 à 45,3% en 2005 et la proportion des femmes célibataires est passée de 15,9% en 1976 à 38,2% en 2005.
 

Newsletter

Visiteurs

Aujourd'hui
Cette semaine
Tous
469
13797
833195

Contact

  • BUCREP
  • BP 12932 Yaoundé-Cameroun
  • Email: contact@bucrep.cm
  • Tel: (237) 222 20 30 71

Nous Ecrire

.